Inkscape est un logiciel de dessin vectoriel qui offre une interface graphique de gestion des images vectorielles en SVG. Ce logiciel est conforme conforme aux normes XML, SVG, et CSS2 et ambitionne de gérer totalement le standard SVG.

Les principales fonctionnalités d’Inkscape en font un concurrent de taille face aux poids lourds propriétaires du secteur (Illustrator, Freehand, CorelDraw ou Xara X) :

  • manipulation des principaux composants SVG : les formes, les chemins, le texte, les marqueurs, les clones, les canaux alpha, les transformations, les motifs et les groupements ;
  • des fonctionnalités avancées : l’édition de nœuds, la gestion des couches, les opérations de chemins complexes, le texte suivant des chemins, le texte contournant des objets ;
  • gestion des filtres SVG, à fabriquer soi-même directement depuis Inkscape ou à choisir parmi les nombreux filtres disponibles ;
  • fonctionnalités de magnétisme et d’alignement permettant de distribuer facilement ses objets ;
  • support des méta-données aussi bien pour la licence (Creative Commons, art libre...) que le contenu (auteur, langue, description...) ;
  • importations depuis de nombreux formats (notamment EPS, JPEG, PNG, TIFF et bientôt XCF (Gimp)) ;
  • exportation en PNG, PDF, XCF mais aussi HTML5 ou PovRay ainsi qu’en de nombreux formats vectoriels ;
  • gestion poussée du SVG, avec la possibilité de voir et d’éditer l’arbre XML des documents directement depuis Inkscape, d’exporter ses images en SVG optimisé (pour une diffusion sur un site internet, par exemple), et tout cela avec un document très propre.
  • la possibilité d’écrire un texte suivant un tracé (autrement dit, le long d’un chemin) ;
  • de sensibles améliorations dans la qualité de l’interface utilisateur (ergonomie, icônes) ;
  • un package pour Macintosh OS X ;
  • l’inclusion de didacticiels (en français !) ;
  • la possibilité de définir ses propres raccourcis clavier ;
  • un mode d’affichage Contour (fil de fer) et Sans filtre, permettant d’améliorer les performances ;
  • l’export PDF (avec transparence) natif ;
  • la sensibilité à la pression et à l’inclinaison lors de l’utilisation d’un stylet de tablette graphique ;
  • une meilleure édition des nœuds : il est maintenant possible de déplacer/courber/étirer une courbe de Bézier à n’importe quel point (pas seulement aux nœuds), ainsi que d’ajouter un nouveau nœud en double-cliquant à l’endroit désiré de la courbe. Il est aussi possible d’appliquer des transformations sur un groupe de nœuds et non pas aux chemin entier ;
  • les connecteurs : un nouvel outil « Connecteur » implémente la création, l’édition et l’autorouting (évite les objets) des lignes de connections entre des objets. Ceci est indispensable pour les diagrammes ;
  • l’édition collaborative Inkboard : il est maintenant possible de travailler à plusieurs avec Inkscape, via le réseau, et d’éditer ainsi un document partagé en temps réel. Les éditions de chaque utilisateur sont immédiatement visibles par tous les utilisateurs ! (malheureusement cette fonctionnalité n’est pas encore disponible sous Windows ????? Encore vrai ?) ;
  • les filtres, du flou Gaussien aux turbulences en passant par la modification des couleurs, tout en gardant la nature vectoriel du dessin ; il est aussi possible de simuler des matériaux, comme l’écorce ou le papier à grain, ou des méthodes de dessin, comme le feutre ou la gouache ;
  • La vitesse et l’intéractivité de l’affichage : Inkscape répond aux commandes de l’utilisateur avant la fin du rendu du dessin en cours, ce qui améliore la « réponse » (vitesse perçue ou interactivité) du programme ;
  • le dialogue « historique » permet de passer en revue les évènements de vos éditions à n’importe quelle étape du processus, d’annuler et de rétablir des actions multiples en un seul clic ;
  • plusieurs améliorations importantes ont été ajoutées aux outils, notamment le nouveau mode de sélection dans l’outil d’édition de points nodaux (édition de tracés) et dans les arrondis réglables du stylo calligraphique ;
  • possibilité de « sculpter » les objet en poussant ou déformant les objets ou les nœuds ;
  • beaucoup de nouveaux effets sont ajoutés, comme les effets de couleur et les nombreux effet de chemin ;
  • des sauvegardes automatiques pour éviter des pertes en cas,rare, de fermeture inopinée du programme ;
  • la correction de très nombreux, mais inévitables, bogues.

Inkscape est complété par de multiples extensions qui permettent, entre autres, de modifier des images matricielles ou d’effectuer des ajustements sur les couleurs.

Merci à Jean_R pour la mise à jour de cette notice sur le Framawiki.

Des améliorations sont en cours, car le logiciel est malgré tout loin d’être parfait, l’affichage des filtres et des dégradés reste très lent malgré des efforts, notamment la gestion du multithread). La prochaine version devrait notamment apporter le rendu via Cairo_(informatique), apportant ainsi une importante accélération du rendu et de l’affichage. La roadmap est claire et le développement d’Inkscape progresse chaque jour, faisant de ce dernier la référence du "libre" dans le domaine de l’édition vectorielle.