FreeMind n’est pas un éditeur de texte à proprement parler, et n’est pas forcément adapté pour gérer des textes très longs et "monoblocs" comme un article, un mémoire ou un rapport. Ce n’est donc pas un équivalent ou un concurrent de Microsoft Word ou Open Office Writer par exemple. Cependant, même si nous n’irions pas jusqu’à parler de la mort du traitement de texte classique, ce logiciel, à l’instar de Keynote, témoigne d’une nouvelle manière d’aborder l’écriture de documents électroniques.

Plus que le contenu, qui reste tout de même le plus important, c’est la mise en forme des textes qui est ici totalement repensée, afin de mettre en exergue une hiérarchie, un plan, ou tout simplement pour obtenir une visualisation plus intuitive et plus complexe que le simple système de titres et sous-titres des traitements de textes.

La prise en main du logiciel n’est pas des plus évidentes. Passées les premières hésitations (mais qu’est-ce qu’il faut que je fasse ???!), le fonctionnement de FreeMind devient cependant assez simple. Les adeptes de Keynote seront d’ailleurs avantagés puisque certaines propriétés sont équivalentes.

L’interface de FreeMind se présente sous la forme d’une immense page blanche dans laquelle vous allez pouvoir insérer des petits modules de texte que vous hiérarchiserez en notes parentes et en notes filles (voilà pour la comparaison avec Keynote). Ainsi, idées, commentaires ou remarques sont organisés dans un organigramme aux multiples branches et sous-branches qui témoignent des relations logiques entre eux. C’est ce qu’on appelle communément une carte heuristique. Une image étant souvent plus explicite que des mots (surtout dans le cas de FreeMind), jetez donc un oeil à cette capture d’écran pour mieux comprendre ce que peut donner ce type de hiérarchisation.

Les mises en forme classiques du texte (italique, gras, couleur et taille des polices) sont présentes ; une barre latérale gauche permet aussi d’insérer dans les notes de petites icônes pour identifier rapidement leur contenu (smiley, courrier, point d’interrogation, flèches, etc.).

Comparé à Keynote, qui reste un éditeur de texte dans le sens classique du terme, FreeMind apparaît un peu limité. Il peut permettre cependant d’organiser ses idées, de les mettre en relation les unes avec les unes autres dans une arborescence graphique qui pourra servir soit de document de présentation, soit de brouillon de travail. On peut penser à certaines utilisations pratiques, comme la gestion de projet, la création du plan détaillé d’un rapport, d’un fichier de liens internet commentés, ou de n’importe quelle collection de données qui nécessite une organisation hiérarchique. Les documents FreeMind sont par ailleurs exportables au format HTML sous forme de liste à puce.

Une expérience à tenter, pour voir si ce genre de logiciel peut répondre à vos besoins.

Note : l’utilisation de FreeMind nécessite l’installation d’un environnement d’exécution Java.